Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Peintures-eau-et-ciel Isabelle H.

Dans le secret des ateliers des joailliers

2 Décembre 2013 , Rédigé par Isabelle H. Publié dans #INFO - DIVERS

Dans le secret des ateliers des joailliers

Sertisseurs, fondeurs, lapidaires (tailleurs de pierres), polisseurs, ciseleurs officient dans les ateliers de joaillerie.

La maison Cartier a ouvert en 1910 Place Vendôme en même temps que la boutique Rue de la Paix. Une centaine d'artisans sont employés aujourd'hui.

Les maisons italiennes et américaines comme Bucellati, Bvlgari, Pomellato, Tiffany and Co ou Harry Winston crée des pièces uniques de haute joaillerie, techniques et sophistiquées.

(le collier Serpenti de Bvlgari a nécessité deux ans de recherche pour un assortiment d'émeraudes de même couleur, de même taille et de même origine)

Les grandes maisons sous traitent. Il y a actuellement une centaine d'ateliers qui travaillent pour la haute joaillerie

Aucun autre pays n'a cette réputation d'excellence, comme la France.

Le pic de créativité a atteint son maximum dans les années 30. Grâce au platine les orfèvres réalisent des montures de plus en plus légères.

On invente l'or gris.
Van Cleef et Arpels dépose le brevet du serti mystérieux : une technique qui consiste à faire disparaître complètement la monture et à donner ainsi l'impression que les pierres tiennent par magie.

Les ateliers français croulent sous les commandes des maharadjas et des riches héritières américaines. Ils ne revivront jamais un tel âge d'or.

A la fin des années 1990 les ateliers connaissent de profonds bouleversements. Les joailliers indépendants et familiaux sont rachetés par de grands groupes internationaux.

A l'ère du marketing, certaines maisons préfèrent mettre en avant un créateur star : Victoire de Castellane, John Galliano, Marc Jacobs, etc..

Aujourd'hui les joaillers doivent prendre grand soin de leur artisans et de leur savoir faire. Il faut un talent fou pour interpréter la délicatesse d'un serti, restituer la fluidité d'un collier, inventer un fermoir invisible ou un système de pierre à clipper.

Certains joaillers vont jusqu'à faire participer leurs artisans aux expositions dans le monde entier. Ils deviennent ainsi de formidables ambassadeurs de la marque. Ils sont nommés les Mains d'Or. Le métier s'en trouve ainsi revalorisé.

Quelques chiffres :

il faut 10 ans d'expérience pour qu'un sertisseur ou un lapidaire soit capable de travailler sur une pièce complexe.

Sur un bijou en or très travaillé, le savoir-faire d'un artisan peut représenter 70 à 80 % de la valeur ajoutée

80% du marché est constitué de bijoux non griffés

En France le marché de la bijouterie joaillerie représente 1.6 milliards d'euros et compte 2815 entreprises qui emploient quelques 9000 salariés.

Source : Les Echos Magazine

Photo :<a href="http://www.photo-libre.fr">Photos Libres</a>

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article