Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Peintures-eau-et-ciel Isabelle H.

Des eaux qui guérissent

13 Avril 2016 , Rédigé par Isabelle H. Publié dans #Franche Comté

Des eaux qui guérissent

La Haute Saône est un écrin vert parsemé de plans d'eau, de rivières et riche d'une histoire plus que millénaire.

Le paysage à lui seul vaut le détour

Parmi les milliers de sources, quelques unes ont retenu l'attention des hommes au fil des siècles :

  • Luxeuil les Bains, la bien nommée (affections gynécologiques et phlébologiques) possède une eau sortant de terre à 63°

Déjà à l'époque des celtes on se baignait dans ces flaques contenant du manganèse, du fluor, du magnésium et des oligo éléments métalliques.

  • Villeminfroy (entre Lure et Vesoul) subsistent les bâtiments d'une ancienne usine d'embouteillage d'eau minérale.

La source coule toujours et de source sûre on viendrait d'au delà des frontières pour cette eau qui aurait une action sur le fois, les reins, les intestins et traiterait l'arthritisme.

Découverte en 1828 par le Docteur Jacquez, le site était déjà mentionné en 1174

  • Coursemay, à quelques kilomètres de là, possédait également son usine de mise en bouteille.

Ne subsiste plus qu'un maigre ruisseau et des étiquettes de bouteilles, rares, conservées par les habitants.

  • Belfahy possède la source de Saint Blaise qui jaillit en altitude "Eau de Saint Blaise, tout mal apaise"

Elle se situe un peu plus haut, près d'une petite chapelle portant le nom du saint et d'une ancienne carrière de porphyre d'où a été extrait le socle du tombeau de Napoléon.

Saint Blaise était evêque de Sébaste en Arménie. Il sauva de la mort un enfant qui s'étouffait avec une arête coincée dans la gorge.

  • Une autre source fraîche et claire a été dédiée à Saint Valbert. Un ermitage porte le nom du saint à quelques kilomètres de Luxeuil lès Bains

Saint Valbert, preux chevalier abandonna tous ses biens avant de se retirer en forêt en l'an 620.

Respectant la règle du fondateur de l'abbaye Saint Colomban, moine irlandais immigré en Haute Saône, il obtiendra l'autorisation de son abbé de vivre en ermite dans une petite grotte que l'on visite encore.

  • Jacques de Neuville, autre ermite moins connu, fidèle de Charles le Téméraire devait être décapité sur ordre de Louis XI. Il échappa au châtiment de justesse et fit ainsi voeu de se tourner vers la recherche du salit de son âme.

Il s'établit entre Faverney et Vesoul, non loin du village de Provenchères.

Au pied d'un chêne coulait une source. Elle était censée guérir les fièvres.

Chevreuils et autres animaux viennent s'y désaltérer à la tombée de la nuit. Nul ne sait si cette source est bien celle de l'ermite et si ses propriétés sont toujours celles qu'on lui prêtait alors.

D'autres sources, rivières, plans d'eau ont un passé mystérieux, comme les roches, qui paraît-il sont magiques en Haute Saône..........

Photo : I.H.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article